En savoir plus sur Manuel Mendes

0

le-fado-selon-manuel-mendes

Professeur de musique dans l’enseignement secondaire, Manuel Mendes a fait ses études de Musicologie à l’Université de Saint-Etienne et à l’Université de Lyon. Lors de sa première participation aux Cours d’Eté à l’Université de Coimbra, en 1985, il découvre les chants des étudiants à la cape noire. Très vite il fait la connaissance de musiciens et de chanteurs et commence à interpréter les fados de Coimbra. La pratique de la guitare portugaise l’intéresse également, il s’adresse alors à Jorge Gomes, qui enseigne cet instrument au sein de l’Association Académique de Coimbra. Le peu de temps qu’il passe sur place n’est cependant pas suffisant pour pouvoir prendre des cours, il décide, alors d’apprendre seul cet instrument.

Pendant plusieurs années, Manuel Mendes, fréquente les cours d’été à Coimbra et se passionne pour le Fado. Lorsqu’il entre en Maîtrise à l’Université de Lyon, il décide de faire sa thèse sur le Fado de Coimbra, il fait alors plusieurs séjours au Portugal qui lui permettent, aussi, de connaître d’autres styles musicaux. Il fait la connaissance d’Amália Rodrigues, lors de son passage à l’Olympia en 1987 et l’interview afin de compléter sa thèse.

Grâce à la musique, il peut ainsi tisser des liens avec le Portugal, qu’il avait quitté en 1970, à l’âge de sept ans.

manuel

Pendant huit ans, il interprète les chants de Coimbra avec un groupe de fado de la région stéphanoise, se produisant dans plusieurs villes de France (Lyon, Annecy, Grenoble, Bordeaux, Paris…) et à Singen (Allemagne). Il chante régulièrement dans le restaurant portugais Le Fado, à Lyon, où il rencontre Carlos do Carmo et Paulo de Carvalho, qui le font entrer un peu plus dans cette culture de la musique portugaise et surtout celle du Fado.

En 1986, il prend la direction de l’ensemble choral de l’Association Culturelle Portugaise de Saint Etienne (Cantares da Terra), pour lequel il écrit trois spectacles (« Le Portugal du Nord au Sud », « Serão » et « 25 de Abril »). En 1988, il fonde le groupe de musique traditionnelle portugaise Cancioneiro, et se produit partout en France. Il fait la connaissance, lors de ces tournées, de Manuel Freire, Pedro Barroso et Rui Veloso.

Les échanges avec ces musiciens l’amènent à s’intéresser à la musique de la Révolution des Oeillets, qu’il va intégrer petit à petit dans ses spectacles.

Avec Eric Perez (Flamenco), il fonde Momentos Ibéricos en 1990. Ce groupe est caractérisé par le métissage musical, chaque musicien interprète les chants de son pays, accompagné par l’autre, créant ainsi un style particulier. En 2007, Eric Perez part enseigner à Tahiti, c’est désormais Auguste Araujo qui accompagne Manuel Mendes.

Depuis les années 2002 il participe également à des conférence/concert sur des thèmes comme : « le Fado », « la Musique traditionnelle portugaise », « Le folklore », « la musique de la Révolution des Oeillets », pour l’Université Pour Tous et les sections de portugais des Universités de Saint-Etienne et Lyon.

En 2010, Manuel Mendes, par l’intermédiaire de Carlos Bartilotti, fait la connaissance de Custódio Castelo, avec qui il se lie d’amitié. En 2012 celui-ci lui propose l’enregistrement d’un cd sur le Fado de Coimbra. Le 24 octobre 2013, sous la direction de Custódio Castelo (guitare portugaise), et avec l’accompagnement de Carlos Menezes (contrebasse) et Carlos Leitão (guitare classique) l’enregistrement des 12 chansons commence dans le studio Pé de Vento, dirigé par Fernando Nunes. Le 7 décembre, l’album est présenté au public, qui le reçoit avec beaucoup d’enthousiasme. Entre tradition et innovation, le cd nous fait revivre Coimbra d’Hilário à nos jours, avec un fado original, composé spécialement pour Manuel Mendes par Custódio Castelo, qui donne son nom à l’album : « Fado Côr d’Amor ».

Share.

Comments are closed.